Quarante et un médaillons de femmes célèbres

mardi 10 avril 2007

Texte de Madame Goldman

Orner avec une oeuvre qui fît corps avec le bâtiment

JPEG - 144.9 ko
Un médaillon en cours de fabrication
(archives Cordillot)

Lorsque Madame Cordillot, Directrice du Lycée de Jeunes Filles, obtint enfin de pouvoir faire construire un Internat digne de ce nom, elle apporta aux projets et aux plans de l’architecte retenu, Monsieur Barge, toute l’attention passionnée dont elle était capable, s’intéressant de très près aux moindres détails. Elle n’ignorait rien de la loi du 1% et souhaita qu’on l’applique intégralement . Cela signifiait que 1% du coût global de la construction devait être attribués à une ou plusieurs œuvres d’art destinées à l’orner. Le plus souvent on rajoutait, un peu arbitrairement, après coup, sculpture ou peinture choisies pour elles-mêmes.

Mais cette fois, la Directrice et son Architecte voulaient une œuvre qui fît corps avec le bâtiment. En féministe convaincue Madame Cordillot désirait placer son établissement sous l’égide des femmes célèbres. Très vite s’imposa donc l’idée de médaillons sculptés, cercles s’inscrivant naturellement dans le grand rectangle de la façade, comme une ponctuation. Elle se souvenait de la cour de l’Hôtel Lallemand qu’ornent les médaillons d’empereurs romains...
Berrichonne, comme M. Barge du reste, elle pensa au grès de La Borne, un matériau non gélif, capable de résister aux intempéries, et plus particulièrement à Jean et Jacqueline Lerat, déjà bien connus , tant localement qu’au plan national.

Jean et Jacqueline Lerat, céramistes

Céramistes, ils habitaient alors le village de potiers, où les avait attirés Monsieur Guillaume, amateur éclairé, et avaient été au départ d’un renouvellement de la production. Ils devaient ensuite s’installer à Bourges, à deux pas d’ici, pour y poursuivre une œuvre personnelle et originale. Jean Lerat (1913 - 1992) enseigna à l’Ecole des Beaux Arts de Bourges de 1943 à I978 et son épouse, Jacqueline y enseigna également de I966 à I986.
Ils ont exposé, ou participé à de nombreuses expositions, à Paris, au Salon des Artistes Décorateurs, au salon de l’Art Sacré ( on leur doit d’ailleurs la crèche de la cathédrale de Bourges) . Mentionnons à ce propos que l’on peut voir depuis le 2O Mars, à Nançay, à la Galerie Capazza, les œuvres les plus récentes de Jacqueline Lerat. Leurs créations se trouvent dans de nombreux musées français et étrangers. Ils font partie des Grands Prix Nationaux depuis 1982. Jacqueline est Chevalier des Arts et Lettres, Jean était Chevalier de la Légion d’Honneur.

Pour les médaillons de l’Internat, Monsieur Barge souhaitait une argile qui reste identique d’un portrait à l’autre, en harmonie avec la couleur de la pierre utilisée pour la construction. Jean et Jacqueline Lerat durent ouvrir une exploitation tout spécialement pour récupérer une terre très résistante au feu qui gardait sa teinte claire après cuisson car elle contenait très peu de pyrites de fer. Les fours de La Borne étant insuffisants, ils eurent recours à un four tunnel, à Vierzon.

Chaque médaillon mesure 90 centimètres de diamètre. Le tour de la sculpture, exécuté en plusieurs morceaux, devait porter le nom de la personne représentée en caractères assez gros pour être lisibles du pied du bâtiment. Pour rompre la monotonie, les artistes prirent soin de présenter les visages tantôt de face, tantôt de trois-quarts, gauche ou droit, selon un rythme déterminé, avec le relief nécessaire pour qu’ils puissent prendre la lumière
Quant au choix des personnalités, il reflète pleinement l’esprit, l’humour même , de Madame Cordillot qui se livra ,avec l’aide de Mademoiselle Devèze, professeur de lettres, à un choix difficile, assez éclectique.

On trouve donc, en partant de la gauche :

Les FEMMES DE LETTRES

Simone WEIL(1909-1943) philosophe, qui enseigna un an au Lycée rue Littré.

Marguerite AUDOUX(1863-I937) romancière, primée pour son livre « Marie-Claire » et berrichonne.

Anna DE NOAILLES(1876-1933) poète.

George SAND (I803-1876) romancière...et berrichonne.

Madame de La FAYETTE (I634-I693) romancière et mémorialiste.

Madame De SEVIGNE (1626-1696) épistolière.

Marguerite de NAVARRE (1492-1549) princesse des lettres de la Renaissance ...qui n’avait pas encore donné son nom au Lycée.

Christine De PISAN (1364-1430) poète.

Les ARTISTES

Lili BOULANGER(1893-1918), pianiste.

Sarah BERNHARD (I844-1923), actrice.

Berthe MORISOT (I841-I895), peintre.. née à Bourges, et dont on pensa un temps retenir le nom pour désigner le Lycée.

La CHAMPMESLE (1642-1698), actrice.

Les SCIENTIFIQUES

Emilie Du CHATELET (I706-1749), physicienne, amie de Voltaire.

Sophie GERMAIN (1776-I831), mathématicienne.

Clémence ROYER (1830-1862), économiste, et féministe.

Marie CURIE (1867-1934), prix Nobel de physique.

Les EDUCATRICES

Blanche de CASTILLE (1188-1252), mère de Louis IX, ou Saint Louis.

Jeanne De France(1464-1505), qui fonda à Bourges l’Ordre des Annonciades.

Françoise De MAINTENON (1635- 1719), fondatrice de l’Ecole de Saint -Cyr, pour les jeunes filles nobles et pauvres.

Jeanne CAMPAN (I752-1822), directrice de la Maison de la Légion d’Honneur.

Julie FAVRE (I834-I896), pédagogue.

Pauline KERGOMARD (1838-I925), fondatrice des écoles maternelles

Isaure SCHEFFER(1846-I914) pédagogue .

Les PATRIOTES

Ste GENEVIEVE (422- 502), patronne de Paris.

Jeanne D’ARC ( 1412-1431), héroïne de la Guerre de Cent Ans.

Louise De BETTIGNIES (1880 - 1918), héroïne de la Grande Guerre.

Odette BROUILLET (1899-1947) , ancienne élève du Lycée,
résistante et déportée en 1942.

Les FEMINISTES

Albertine NECKER (1766-I816),éducatrice, cousine de Madame De Staël.

Flora TRISTAN (1803 - 1844), militante abolitionniste, apôtre de l’union libre.

Rosa BONHEUR (1822- 1899), artiste peintre.

Maria VERONE (I884- I938), la première avocate française

Les FEMMES D’ACTION

Louise De MARILLAC (1591- 1662), fondatrice des Filles de la Charité.

Jeanne JUGAN (1792 - 1879), fondatrice des Petites Sœurs des Pauvres (canonisée le 11 octobre 2009 par le Pape Benoit XVI).

Marie HAREL (1761 - 1813), inventeur du ... camembert (c’était très important, estimait Madame Cordillot).

Marie TALBOT (1806 - 1860), berrichonne, potier à La Borne.

Louise MICHEL (1830 -1905) institutrice, anarchiste, qui prit part à La Commune de I871 et fut déportée.

Jeanne DIEULAFOY (I851 - I916), voyageuse et archéologue.

Jeanne LANVIN (1867 -1946), grande dame de la Haute Couture.

Maryse BASTIE (1898 - 1952), aviatrice.

Suzanne LENGLEN (1899 - 1938), championne de tennis.


Nous suivre sur Twitter| Contact | Plan du site | En résumé | | ENT | Rechercher sur ce site | Mentions légales

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Histoire du lycée | Site réalisé avec SPIP 3.1.1

Logo Académie Logo Région Centre